stages d'été de dessin et peinture

Croquis en extérieur, paysage, rochers et végétations

samedi et dimanche 13 et 14 juin 2020 / Prix du stage: 125€ / 110€ tarif réduit pour les RSA, étudiants ou scolarisés, artistes/ Professeur : Michel Perot/ 06 67 74 82 06/ michelperot.com

Ce stage de dessin dans paris s’adresse au dessinateur débutant ou confirmé. Il apprendra à construire et situer dans l’espace des éléments naturels comme les arbres, les végétations, les rocailles, les nuages. 

Programme pédagogique

Les exercices proposés porteront tout d’abord sur le  le paysage dans ses grandes masses. Nous verrons comment structurer l’ensemble des masses par plans de profondeur selon différentes tonalités de valeur.

Ensuite il s’agira de dessiner  de manière spontanée et dynamique.  Nous analyserons les détails de textures , buissons, rochers, arbres ou nuages. Le professeur expliquera comment repérer les lignes de force à dessiner. Celles qu’on retrouve en effet  dans la répétition des éléments naturels.

On s’habituera également à repérer les rythmes des arbres et rocailles et à trouver des écritures abrégées permettant de les caractériser rapidement par des simplifications successives.

 

On travaillera au crayon, à la pierre noir ainsi qu’à l’encre.

Tarif plein : 125€ / Tarif réduit 110€ (étudiants, artistes, intermittents, rsa)

Le programme avec les rdv exacts vous est envoyé au minimum 2 semaines avant le stage 

  • Mine de plomb 2b- 6b.
  • Pierre noire 2b
  • Gomme à dessin ou bien  mie de pain. (pas de gomme Staedler ou autres vendues dans les surfaces non spécialisées).
  • Taille-crayon double avec poubelle et/ou cutter.
  • Spray fixatif (la  laque pour les cheveux convient aussi ).
  • Facultatif mais sympathique : fusain.
  • Bloc à dessin A4 180g ou plus ou bien feuilles séparées. “
  • pinceaux réservoir en plastique transparent – ou pinceaux “petit gris” normaux + godet d’eau.
  • palette en plastique pour lavis.
  • Encre de chine et/ou encre sépia.
  • chiffon ou Kleenexs

 “Ceux qui s’abandonnent à une pratique prompte et légère avant que d’avoir appris la théorie¹, ou l’art de finir leurs figures, ressemblent à des matelots qui se mettent en mer sur un vaisseau qui n’a ni gouvernail ni boussole : ils ne savent quelle route ils doivent tenir. La pratique doit toujours être fondée sur une bonne théorie, dont la perspective est le guide et la porte ; car sans elle on ne saurait réussir en aucune chose dans la peinture, ni dans les autres arts qui dépendent du dessin” Léonard de Vinci